Ce que je bois

Les besoins en eau

Le corps humain est constitué en majorité d’eau. Le besoin hydrique est donc important et doit compenser les pertes urinaires (1 à 1,5 litres), cutanées (0,3 à 0,5 litre), fécales (0,1 à 0,2 litre) et pulmonaires (0,5 litres), ce qui représente 2 à 2,5 litres par jour. Les pertes urinaires s’adaptant aux apports.

Le besoin hydrique d’un sujet bien portant adulte est donc en moyenne de plus de 2 litres par jour, couvert essentiellement par les boissons (au moins 1,5 litres par jour) et l’eau de constitution et de préparation des aliments et accessoirement par l’eau métabolique endogène (0,3 litre/jour).

Le besoin varie avec l’âge, l’état physiologique (grossesse, lactation,..), l’activité physique (importance d’une bonne hydratation pendant et après la pratique d’un sport), les conditions climatiques (pertes par une transpiration importante d’eau et de sel).

Les apports doivent également s’adapter dans des situations pathologiques (polyurie d’un diabétique mal équilibré, pertes digestives par vomissements ou diarrhée, états fébriles, hyperventilation, prise de certains médicaments diurétiques ou laxatifs).

Le risque de déshydratation augmente chez les personnes âgées, favorisé par une diminution fréquente des apports alimentaires et une diminution de la sensation de soif.

Pour couvrir facilement son besoin hydrique deux points sont importants, en particulier chez les personnes âgées :

  • Varier les boissons tout en donnant une large place à l’eau. Savoir utiliser avec modération thé, café, tisanes, jus de fruits, limiter les sodas même allégés en raison des risques d’obésité, de diabète et de cancer.
  • Consommer en quantité suffisante les aliments et les préparations relativement riches en eau qui, de plus, est bien retenue par l’organisme, à savoir des fruits et légumes frais, des potages mais également des glucides complexes (pâtes, riz, semoule..) qui contiennent 70% d’eau après cuisson.

L’eau du robinet

  • est en France obligatoirement potable c’est-à-dire « destinée à la consommation humaine, qui peut être bue toute une vie sans risque pour la santé »
  • est le produit alimentaire le plus surveillé, elle est soumise à de multiples analyses, depuis son origine jusqu’au robinet, et à des contrôles quotidiens.
  • est pour une bonne partie en France, de l’eau de source

Avantages :

  • L’eau du robinet coûte 100 à 300 fois moins cher que l’eau en bouteille, mais attention au gaspillage, l’eau reste un bien précieux !
  • Sans emballage, elle permet d’économiser environ 10kg de déchets par an et par personne.
  • Boire de l’eau du robinet permet une économie de ressources (pas d’emballage) et de pétrole (l’eau en bouteille parcours en moyenne 300 km).
  • Est disponible 24h/24.
  • Ne nécessite pas d’être portée jusqu’à chez soi.
  • N’implique aucun geste de tri des emballages ménagers.

Inconvénients :

  • Odeur de chlore

Pour faire disparaître celle-ci voici quelques astuces :

  • remplissez la carafe d’eau un peu avant de passer à table.
  • ayez en permanence une carafe ou une bouteille d’eau au réfrigérateur. Fraîche et ayant perdu son goût de chlore, elle sera appréciée.
  • avant de consommer l’eau, laisser-la couler quelques instants.

L’eau plate en bouteille

  • génère des déchets : 10 à 20 millions de m3 par an au niveau national, soit 2 à 3 m3 par famille.
  • en 2004, les Français ont consommé 6,2 milliards de litres d’eau plate en bouteille, soit 240 000 tonnes de matières plastiques.
  • répartition du coût d’une bouteille d’eau :
    • emballage 80 %
    • eau 20 %

Les différents types d’eaux

Eau de source Eau minérale
Eau d’origine souterraine microbiologiquement saine et protégée contre les risques de pollution. Eau d’origine souterraine microbiologiquement saine et protégée contre les risques de pollution, caractérisée par sa pureté originelle et sa composition obligatoirement constante en sels minéraux et oligoéléments.
Embouteillée à la source. Embouteillée à la source et protection du périmètre d’où elle jaillit.
Aucune adjonction ni traitement autre que décantation , filtration , dégazéification , incorporation de gaz carbonique. Aucune adjonction ni traitement autre que décantation , filtration , dégazéification , incorporation de gaz carbonique.
Composition instable Caractéristiques physicochimiques stables
Ne peut pas bénéficier de propriétés favorables à la santé Peut posséder des vertus thérapeutiques reconnues par l’Académie de Médecine et le Ministère de la Santé.

Il est bon de préciser que toutes les eaux minérales ne sont pas des eaux de « table ».

Eau du robinet ou en bouteille, une fois ouverte, ne doivent pas être consommées après un ou deux jours, car elles sont progressivement contaminées par les bactéries présentes dans notre environnement quotidien.

Effets thérapeutiques Eaux minérales Caractéristiques
Diurétiques, coupage à l’eau des biberons Evian, Volvic,Plombières, Wateviller Peu minéralisées
Stimulent les sécrétions biliaires et pancréatiques Châtel-Guyon, Arvie Riches en bicarbonates, chlores, sodium, calcium et magnésium
Diurétiques (et laxatives) Contrex, Vittel, Grande source Riches en sulfates, calcium et magnésium
Laxatives Vittel, Hépar Riches en sulfates, calcium et magnésium
Alcalinisantes améliorent le confort digestifs et diminuent l’acidité gastrique.

Stimulent les sécrétions biliaires et pancréatiques

Vichy Célestins, St Yorre et toutes les eaux de Vichy Riches en bicarbonates de sodium et en chlorure de sodium
Alcalinisantes Perrier, Badoit Riches en bicarbonates de calcium
Participent de manière activent à la couverture de nos besoins en calcium Talians, Hépar, Contrex Riches en calcium
Antifatigue, lutte contre les spasmes digestifs et la constipation Talians, Hépar, Contrex, Arvie, Quézac, Badoit Riches en magnésium

Les boisson énergisantes sous surveillance

Émission Télé-matin du 7 juin 2012

Les boissons dites énergisantes sont à la mode et largement consommées, en particulier par les adolescents.

Des décès et des accidents cardiaques ont été signalés après une consommation excessive de ces boissons. Celles-ci auraient un effet tachycardisant. Par ailleurs, l’association fréquente à la prise d’alcool augmenterait le risque.

Il paraît souhaitable de ne pas dépasser une dose de deux «cannettes» par jour.

M.L 06/2012

Les boissons light

La substitution des sucres par des édulcorants n’aurait pas des conséquences simples.

En effet si à court terme ceux-ci favorisent une disparition des effets énergétiques, une étude récente (San Antonio Heart Study) suggère qu’une consommation importante et prolongée de boissons light pourrait à terme être liée à une prise de poids !

Une certaine modération semble souhaitable, en particulier chez l’enfant, pour ne pas favoriser un goût excessif pour le sucré.
Par ailleurs, des études récentes ont montré que la consommation même modérée de sodas allégés comporte des risques de diabète sucré et de cancer.
Il paraît souhaitable de ne pas en faire des boissons quotidiennes et de les réserver au besoin à des circonstances festives.

Une grande étude française vient de montrer que sur une population de 66188 femmes âgées de plus de 40 ans suivies pendant 14 ans, la consommation régulière de sodas « light »est associée à une multiplication du risque de développer un diabète de 2,3 par rapport aux femmes qui ne consomment pas de boissons sucrées, alors que la consommation régulière de boissons sucrées ordinaires ne multiple le risque que par 1,5.

Il est vrai que la consommation de boissons allégées était en moyenne plus grande que celles des boissons sucrées ordinaires. Mais même à consommation égale le risque est augmenté par la consommation de sodas « light » et ce d’autant plus que la consommation est élevée.

Cette étude montre une association statistique significative mais pas un lien de cause à effet.

Des recherches complémentaires sont nécessaires, mais dès maintenant une réduction de la consommation des sodas « light » paraît souhaitable

M.L 02/013

consommation d’alcool, quelques chiffres clefs

Boire un verre d’alcool, pour le plaisir de déguster et partager, peut procurer un effet agréable et relaxant… Cependant la consommation d’alcool n’est pas dépourvue de risques lorsqu’on en consomme en grande quantité.

Malgré des modes de production très différents, une grande variété de goûts et de couleurs les boissons alcoolisées contiennent la même substance, l’éthanol, qui agit de manière spécifique sur l’organisme.

Dès 0,5g/L = Effet sédatif et réflexes perturbés.

1 verre de boisson alcoolisée = 10g d’alcool pur

10% des adultes sont aujourd’hui en difficulté avec l’alcool.

49000 décès par an en France.  2ème cause de mortalité (cancer, accident vasculaire, cirrhose du foie…).  3% de femmes et 13% d’hommes.

Recommandations

  • Ne pas dépasser 4 verres lors d’une prise occasionnelle.
  • 3 verres / jour pour les hommes.
  • 2 verres / jour pour les femmes.

Pour avoir plus d’informations et évaluer votre consommation : http://www.alcool-info-service.fr